Aller au contenu

Vous aurez la liste des ingrédients du vin

Jusqu’à maintenant, les fabricants de vin étaient exemptés de fournir la liste des ingrédients de leurs produits.  L’Union européenne a décidé l’an dernier de lever cette exemption et dès le 8 décembre 2023, les producteurs de vin devront rendre publique la liste des ingrédients de leurs vins.

La liste pourra être affichée sur la bouteille ou par un moyen électronique. Ça pourrait être un code-barre qui donnera accès à liste des ingrédients.

Les étiquettes de vin étant souvent imprimées avant la mise en bouteille et les ingrédients ajoutés au vin, pour une même cuvée, peuvent parfois être différents selon le pays où est expédié le produit, les législateurs européens ont prévu de permettre cette publication par voie électronique qui sera adaptée selon les lots de vin.

« Contrairement à l’immense majorité des denrées alimentaires (et aux autres boissons alcoolisées), la composition du vin peut varier en fonction de différents éléments. Selon les millésimes, les assemblages et les objectifs des producteurs, il peut être nécessaire d’ajouter divers ingrédients et additifs (sucre, acidifiants, stabilisants…). » Écrit la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes, de France (DGCCRF).

Un vin exporté peut contenir plus d’additifs. Un même vin peut avoir des ingrédients différents selon les marchés visés, locaux ou étrangers. La DGCCRF ajoute que :

« La décision de les ajouter ou non peut être prise au dernier moment, avant l’embouteillage, en fonction des commandes et des caractéristiques du produit. »

Donc, difficile de mettre à jour l’étiquette.
« Ainsi, la liste des ingrédients d’un vin issu d’une même cuve peut être amenée à varier à la marge, ce qui rend difficile parfois l’étiquetage de la liste des ingrédients directement sur les contenants. »

Cette obligation de publier les ingrédients s’appliquera à tous les vins européens, y compris ceux exportés et aussi ceux importés en Europe.

L’organisme ajoute que « L’obligation de transparence qui s’imposera à partir du 8 décembre 2023 est une petite révolution. Comment réagiront les consommateurs à la présence de certains additifs ? Se détourneront-ils des produits dont la liste des ingrédients sera longue ? Certains professionnels s’interrogent déjà sur le fait d’utiliser moins d’ingrédients. Des applications mobiles se développeront-elles pour comparer les vins entre eux sur la base des informations fournies par les QR codes ? Les consommateurs se tourneront-ils davantage vers des vins biologiques, sans intrants ? »

Ce sera effectivement une petite révolution dans le monde du vin. Une révolution qui pourrait modifier la composition des vins. En effet, nous pouvons supposer que nombre de producteurs ne voudront pas afficher un trop grand nombre d’ingrédients, ce qui est souvent mal vu par les consommateurs.

De plus, les consommateurs auront un nouveau critère dans le choix des vins, en plus de la réputation du producteur, de l’appellation et du cépage, la liste des ingrédients deviendra pour certains un critère de sélection des vins.

La liste des ingrédients peut être très longue dans certains cas. En effet, les fournisseurs de produits œnologiques offrent plusieurs centaines d’additifs aux producteurs de vin. Ces additifs permettent de produire, de protéger, de corriger et d’améliorer les vins.  On peut ajouter des acides ou désacidifiés; améliorer la couleur, ajouter des tanins; de la sucrosité, du gras; des gommes de cellulose; de la caséine; du chitosane; des enzymes; des bactéries; des produits clarifiants; des levures; des antioxydants; des protéines et bien d’autres.

Le vin sera donc plus transparent; les producteurs moins cachotiers et les consommateurs mieux informés.

_________________